Huit Coupes d’Afrique des Nations, quatre Coupes du Monde, 137 sélections avec les Lions Indomptables du Cameroun : Rigobert Song est un taulier, un pilier, un roc. Inébranlable, ou presque. Car dimanche dernier, le recordman de sélections avec les Lions a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Inattendu, rude, bien trop souvent ravageur.

Pris en charge au Cameroun, Rigobert Song a très vite été rapatrié en France, mardi dans la soirée pour être précis. Devant la gravité de l’attaque et les capacités modestes de l’hôpital camerounais, il fallait faire vite. Une rupture d’anévrisme, une hémorragie cérébrale, un coma : ça ne pardonne pas. Loin de là. Mais Rigobert est un taulier, un pilier, un roc. Lundi, il est sorti du coma. Indomptable.

Hier, on apprenait qu’il avait opéré avec succès à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Une nouvelle rassurante pour ses proches, mais pour tout un peuple également. Des proches qui ont déclaré que le champion africain pouvait respirer sans assistance. Mieux encore, que son saignement cérébral a été maîtrisé. La force d’un battant. Certainement aussi que quelque part dans le ciel, Marc-Vivien Foé, décédé tragiquement lors d’un match de Coupe des Confédérations en juin 2003, veillait sur son Roi Lion.